Brahim Bentebiche,le magicien de la pâtisserie

Brahim Bentebiche,le magicien de la pâtisserie

Du haut de ses 45 ans, Brahim est la star montante de la pâtisserie en Algérie. Portrait de ce génie, qui a fait ses
classes chez les plus grands chefs et pâtissiers d’Angleterre et dont l’ambition n’a d’égale que son talent.

par S. A.

Talentueux est un bien faible mot pour qualifier ce virtuose de la pâtisserie moderne, qu’est Brahim Bentebiche. Officiant derrière les fourneaux de La Fleur de Lys, adresse incontournable depuis son inauguration, il y a quelques années, et sanctuaire de la gourmandise des fins connaisseurs et autres grands amateurs, Brahim Bentebiche a fait ses premières armes dans cet art exquis qu’est la pâtisserie, en Algérie, à l’âge de15 ans seulement. Ainsi, après avoir quitté l’école et marchant sur les traces de l’un de ses meilleurs amis, il se lance dans cette aventure, des rêves plein la tête et de l’ambition à en revendre.                                                                                                                                                                          Il sera apprenti dans une pâtisserie du quartier d’El Harrach durant deux ans, qu’il quitte fort d’une belle expérience, mais sans diplôme malheureusement. S’ensuivra une traversée du désert de plusieurs années, où il se reconvertira, entre autres, dans la maroquinerie avant de se décider, en 1991, à quitter le nid familial, à la conquête de l’Europe.      D’abord, en Espagne, où il séjournera deux longues années dont il avoue garder d’excellents souvenirs de jeunesse, avant de laisser les vents le porter vers le nord. C’est donc au Royaume-Uni, à Londres plus précisément, que cet amoureux des bonnes choses, comme il se décrit lui-même, apprendra plus tard «le vrai métier», en commençant au plus bas de l’échelle, à savoir faire la plonge -parcours atypique- de presque tous les grands chefs.                                          Loin de se décourager, cette première expérience dans un restaurant italien lui servira, plus tard, de tremplin puisque six mois après, il est initié à la cuisine comme marmiton, en commençant par les entrées. Ce qui explique pourquoi Brahim Bentebiche se soit, d’abord, tourné vers la cuisine avant de revenir à ses premières amours, la pâtisserie et la chocolaterie.                                                                                                                                                                                 Par la suite, il est promu au grade de commis de cuisine lorsqu’il rejoint, un an plus tard, le Newton Restaurant, avant de passer Chef de partie au sein de ce même établissement. C’est là qu’il apprendra à confectionner les desserts et où il retrouvera également sa passion pour la pâtisserie

Le pâtissier globe-trotterBrahim Bentebiche

De nouvelles perspectives s’offrent à lui, lorsqu’il quitte la City pour la banlieue où il a l’opportunité de se lancer dans l’hôtellerie, au sein du Queen’s Hotel et où il occupera le même poste de Chef de partie durant trois années, perfectionnant, par la même occasion, aussi bien ses connaissances en pâtisserie qu’en gastronomie anglaises.               Il rejoindra, ensuite, l’équipe du Petit Blanc, restaurant deux étoiles au Guide Michelin et appartenant au célèbre hôtel Le Manoir aux Quat’Saisons, tous deux situés à Oxford. C’est donc sous la houlette de Raymond Blanc, Chef français et grand nom de la gastronomie française, qu’il devient Chef de partie en pâtisserie à part entière.                      Son parcours se poursuivra en Irlande du Nord, à Dublin, où il devient enfin Chef pâtissier au sein du Fitzwilliam Hotel, un prestigieux établissement 5 étoiles. C’est dans l’un des restaurants de l’hôtel, le Peacock Alley, dirigé par le talentueux chef irlandais Conrad Gallagher, que Brahim Bentebiche connaît, enfin, la consécration tant attendue et particulièrement dans un établissement affichant une belle étoile au célèbre Guide rouge.                                                                                                                                                                                                                            Fort d’un noble métier et alors qu’il se construit une prestigieuse carrière dans le monde de la gastronomie, côtoyant les plus grands, Brahim Bentebiche décide contre toute attente, de rentrer au bercail après près de vingt ans d’exil, répondant au souhait de sa mère chérie. Cet enfant du pays n’a jamais réellement oublié la terre de ses ancêtres, celle qui l’a vu naître et grandir. Dès lors et après une année à diriger La Cloise ainsi qu’un passage éclair aux fourneaux de Nour El Hanni, il répond à l’appel de Farid, l’un des propriétaires de La Fleur de Lys, où il reprend du service, sublimant son art pour le plus grand plaisir de ses compatriotes.

 

Share

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Revenir en haut de la page