ShérazadeLaoudedj, chef cuisinier

ShérazadeLaoudedj, chef cuisinier

Son visage vous est très familier. Elle s’invite chez vous au quotidien à travers ses émissions sur la chaîne de télévision Samira TV. Avec ses yeux verts pétillants elle vous communique sa passion pour la cuisine avec une manière tellement belle. Impossible de ne pas devenir un cordon bleu en suivant étape par étape ses recettes de gâteaux et de plats. Elle s’appelle ShérazadeLaoudedj, une star des cookings shows algériens.

 Propos recueillis par Nourhane. S.

 Dzeriet : En plus d’être une blogueuse culinaire à travers le fameux blog à succès Les joyaux de Shérazade, vous êtes également une personnalité très sollicitée sur les plateaux télé. Vous êtes chroniqueuse culinaire sur la chaîne France 2. Que vous a-t-elle apportée cette expérience ?

Shérazade :Cette expérience est enrichissante à plus d’un titre. En effet, il m’a fallu surmonter un grand nombre de difficultés rencontrées au fur et à mesure des tournages. En dire le maximum en un minimum de temps, cuisiner et expliquer en même temps, terminer le dressage dans le délai imparti qui est toujours trop court compte tenu des conditions de travail sur le plateau, répondre aux questions de Sophie Davant que je ne connaissais pas auparavant ainsi que celles des invités.

 Des projets et encore des projets. Vous êtes un chef cuisinier qui ne se repose pas. Figure très connue et appréciée de la chaîne culinaire Samira TV, vous venez de collaborer avec le blogueur français Hervé. Vous parlez d’une rencontre pleine de saveurs, de goûts, de parfums dans une ambiance très conviviale. Dites-nous plus…

En effet, nous nous sommes livrés à un live sur Facebook ensemble sans aucune préparation, car je suis arrivée chez lui 2 minutes avant le démarrage du live. Hervé est une personne bienveillante, souriante, simple et ouverte et c’est, donc, naturellement que notre duo a fonctionné pour livrer une prestation qui a beaucoup plu à nos deux communautés. L’idée est venue des éditions Solar qui est notre maison d’édition à tous les deux. D’ailleurs, nous avons fait gagner 10 exemplaires de mon dernier livre à l’issue du live.

 Vous êtes aussi photographe culinaire…

Vous savez, lorsque vous démarrez un blog avec l’espoir d’être lue et appréciée, vous devez travailler beaucoup de domaines : photo, stylisme, choix des recettes, écriture des billets (contexte, histoire, anecdotes), webmastering, choix de l’hébergeur, etc. Cette aventure, car c’en est une, est extraordinaire car j’étais à des annéeslumière d’imaginer tout ce qu’elle pourrait m’apporter.

Vous avez déjà publié un best-seller culinaire, « Les joyaux de la cuisine algérienne », un autre livre à l’horizon ?

Eh oui, déjà un second livre intitulé « Ma cuisine algérienne ». Je suis très fière de ce second ouvrage réalisé avec les éditions Solar car le livre est magnifique, de grande qualité, les retours sont très positifs sur le contenant et le contenu. Je suis surtout fière car il est distribué partout : Auchan, Carrefour, Leclerc, FNAC, Le Furet, Amazon, librairies.fr, etc. Le fait de le voir partout et souvent en tête de gondole me rend fière pour moi-même mais surtoutpour mon pays dont la culture est si riche et diversifiée.

Parlez-nous davantage de vos partenariats dans le monde culinaire…

J’ai été honorée par Willy Mansion (créateur du label saveur de l’année et président du festival) lors du Festival des influenceurs culinaires, édition 2016. Cet évènement qui s’est déroulé aux Folies bergères a réuni plusieurs dizaines de marques mais surtout un parterre de plus de 500 blogueurs devant lesquels j’ai partagé mon expérience et dispensé quelques conseils utiles.Je suis régulièrement sollicitée par des youtubeurs influents pour former des duos et dernièrement par un chef algérien établi en France pour promouvoir la cuisine algérienne sous le patronage de l’ambassade d’Algérie et du Centre culturel algérien.

Vous avez déjà collaboré avec le site Cuisine AZ…

Absolument. J’ai eu l’occasion de réaliser un couscous royal chez moi en compagnie d’un de leurs chefs et toute une équipe de tournage. Il se trouve que la vidéo de cette recette est très bien classée sur leur site.

Les chaînes YouTube culinaires cartonnent, n’avez-vous pas pensé à créer votre propre chaîne ?

Vous avez raison, je suis certaine que le streaming vidéo est l’avenir de la télévision. Pouvoir consommer de la vidéo quand on veut, d’où l’on veut et sur l’équipement que l’on veut. Je viens de m’équiper d’une belle cuisine et je finalise la location d’un local pour lancer de façon plus dynamique et constante ma chaîne YouTube.

Du tac au tac

De la médecine à la cuisine… pourquoi ce choix ?

J’ai effectivement étudié la médecine en Algérie jusqu’à la fin de mon cursus. Ensuite, je me suis mariée et j’ai changé de pays dans la foulée. Puis j’ai eu mon premier enfant et j’ai décidé de l’allaiter puis de le nourrir de façon saine.  J’ai enchaîné avec mon second enfant et enfin le troisième. Etant femme au foyer, j’ai ressenti le besoin de m’occuper car mes enfants allaient vite grandir et je pouvais me retrouver seule à la maison. Je me suis mise à pâtisser et j’y ai pris goût puis de plus en plus et progressivement, je cuisinais tous les jours et je souhaitais partager ma nouvelle passion d’où l’idée du blog.

Comment définiriez-vous votre cuisine ?

Ma cuisine est une cuisine facile et à la portée de tous. D’ailleurs, le succès de mon blog est venu du fait que 100% des recettes testées sont réussies. Ma cuisine est une cuisine de famille, une cuisine de terroir. Une cuisine qui donne envie à chaque cuisinière de s’approprier ou de se réapproprier la cuisine traditionnelle également.

Quel est votre ingrédient le plus fétiche ?

J’aime beaucoup la cannelle pour ses propriétés anti oxydantes, anti microbiennes mais surtout pour sa saveur et son parfum qui m’autorisent à l’utiliser aussi bien pour des plats salés que sucrés.

Votre plus belle rencontre gastronomique à ce jour…

Lors du Sial (Salon international de l’alimentaire) 2016, j’ai rencontré et discuté avec plusieurs grands chefs étoilés. Ce qui m’a le plus frappée, c’est de voir leur appétit d’apprendre dévorant alors qu’ils ont tous énormément d’expérience. La passion se lit dans leurs yeux et c’est ce qui leur permet de rester dans le coup.

Shérazade, c’est le personnage des Mille et une nuits. Quelle histoire derrière le choix de ce nom ?

Le prénom de mon personnage m’a été donnépar mon époux. Lorsque j’ai commencé à confectionner des pâtisseries, il était tellement bluffé par les modèles que je lui présentais qu’il m’a indiqué qu’ils ressemblaient à des joyaux sortis des Mille et une nuits d’où le nom Les joyaux de Shérazade pour le nom de mon blog, puis le nom de Shérazade pour toutes mes autres activités s’est imposé de lui-même.

 Un souvenir en particulier à confier à nos lectrices ?

Une émotion forte lorsque je me souviens de ma grand-mère assise en tailleur en train de faire le pain de bon matin quand je me levais.

La recette dont vous êtes le plus fière…

La tarte aubergine chocolat que j’ai réalisée dans mon émission LamsetShahrazad car elle a beaucoup fait parler d’elle. Elle a été une agréable surprise pour beaucoup de monde, en témoignent les nombreux messages reçus sur mes pages Facebook.

 Votre chef préféré…

En Algérie, madame Benbrim, qui est pour moi la référence en pâtisserie et qui a donné envie à des générations d’apprendre. Côté français, il y a tellement de talents qu’il m’est difficile d’en sortir un. Celadit, je dirai le chef Marx qui sort d’un milieu modeste, d’une banlieue, le chef Ducos qui à son âge dispose d’un CV impressionnant, le chef Anne-Sophie Pic qui pétille d’idées nouvelles dont je suis complètement fan.

Plutôt invention ou reprise de recettes traditionnelles ?

Un peu les deux. Il est important de s’approprier toutes les recettes traditionnelles, de les comprendre, de les vivre et à partir de là de les recomposer en fonction de sa propre sensibilité. La partie créativité appartient aux grands chefs étoilés qui disposent de laboratoires, qui voyagent beaucoup pour s’inspirer des techniques et des ingrédients en vogue. Je n’en suis pas là, même si j’apprécie le côté innovation dans mes plats et mes présentations.

Que conseillez-vous aux futurs cuisiniers qui se lancent dans cet univers ?

Le premier conseil que je peux leur donner c’est de faire preuve de patience car la maîtrise des techniques de coupe, de cuisson, les dosages et associations d’ingrédients demandent de faire des essais, de comprendre, d’essayer encore et encore. Le second conseil, c’est de faire preuve de persévérance et d’abnégation, soit le fameux « ne rien lâcher ». Je me souviens lorsque j’ai essayé de faire le macaron, je me suis reprise une dizaine de fois pour maîtriser parfaitement la cuisson et le rendu.

 Le pire plat qu’on vous a servi à ce jour…

Lors d’un repas de famille, on nous a servi du bouzelouf. Mon mari était ravi mais moi pas du tout. Je n’ai pas hésité à leur dire que je ne mangerai pas. Je le cuisine pour mon époux mais je n’aime absolument pas. Rien que l’odeur me dérange.

« Le premier conseil que je donne aux cuisiniers en herbe est de faire preuve de patience car la maîtrise des techniques de coupe, de cuisson, les dosages et associations d’ingrédients demandent de faire des essais, de comprendre, d’essayer encore et encore.

Share

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Revenir en haut de la page